Sur la médecine athée et idolâtre d’aujourd’hui

Sommaire

  • Médecine matérialiste et athée
  • Naturalisme et idolâtrie
  • Science falsifiée
  • Système satanique de santé mondiale
  • Annexe : L’information ADN prouve que Dieu existe
  • Vidéo : Stupéfiantes preuves de Dieu – Preuves scientifiques de Dieu

 

Médecine matérialiste et athée

Le matérialisme est le concept erroné et la fausse croyance que tout n’est que matériel. Selon le matérialisme l’intelligence n’est que le résultat du fonctionnement chimique du cerveau et l’âme n’existe pas. Bien évidement, le corps doit être traité en fonction de sa nature bio-chimique qui est d’ordre matériel. Mais comme le matérialisme considère que l’homme n’est que de la chimie organisée, il n’est réduit qu’à un objet matériel, et c’est là que la médecine matérialiste pèche, elle nie l’âme créée, elle nie que l’homme ait une âme. La finalité surnaturelle de la médecine est biaisée et la direction morale de la médecine est donc déficiente, sans âme, ou pire, contre-nature. En réalité, la médecine ne s’encombre de moralité que pour garder une apparence de bien ; elle admet positivement l’assassinat des enfants dans le ventre de leur mère par l’avortement, la contraception, l’euthanasie, l’eugénisme, la procréation « médicalement » assistée, les vaccins à l’aluminium des bébés et tout petits, etc., etc.

L’homme est fait d’une âme créée qui anime le corps (l’âme humaine individuelle rationnelle est la forme du corps) mais pour la médecine matérialiste tout n’est que matériel ou chimique, le fruit de la soit-disant (et fausse) évolution matérialiste faite par le hasard. La médecine matérialiste enténébrée ne s’interresse qu’aux  choses matérielles seules du déterminisme. Pour la médecine matérialiste l’homme n’est que l’effet de l’évolution matérielle, un animal intelligent, et l’âme humaine n’est pas du tout considérée, la relation humaine thérapeutique est déséquilibrée, les médecins sont de plus en plus déshumanisés et corrompus, la relation thérapeutique est froide, sans âme, inexistante, et ne se borne qu’à des critères déterministes, des tableaux, des chiffres, etc.

Non seulement le matérialisme nie l’âme immatérielle de l’homme, mais il affirme que la science (connaissance rationnelle) s’oppose à la foi, ce qui n’est qu’une autre manière de nier le Dieu créateur. Le Créateur Dieu est l’auteur de la raison et de la foi, donc elles ne peuvent jamais être opposées. La raison est éclairée par la foi et ne peut pas être opposée à la foi, c’est l’enseignement infaillible de l’Église :

Pape Pie IX, Const. Dogm. Dei Filius sur la foi catholique, Concile du Vatican, 24 avr. 1870, 3ème session, chap. 4 ex cathedra (Déclaration solennelle infaillible) : «Mais bien que la foi soit au-dessus de la raison, il ne peut jamais y avoir de vrai désaccord entre la foi et la raison, étant donné que c’est le même Dieu qui révèle les mystères et communique la foi, et qui a fait descendre dans l’esprit humain la lumière de la raison : Dieu ne pourrait se nier lui-même, ni le vrai jamais contredire le vrai. Cette vaine apparence de contradiction vient surtout de ce que les dogmes de la foi n’ont pas été compris et exposés selon l’esprit de l’Église, ou bien lorsqu’on prend des opinions fausses pour des conclusions de la raison. « Nous définissons donc comme étant complètement fausse toute assertion contraire à la Vérité de la foi éclairée » (5ème concile du Latran [Ench. Symb. 1441])». (Ench. Symb. 3017)

La connaissance naturelle (sciences naturelles en général) n’est pas mauvaise en soi et elle est nécessaire, mais prétendre qu’il y a une connaissance uniquement matérielle est une grave erreur et un culte de la nature, c’est du naturalisme (culte de la nature où la nature est cause et fin d’elle-même). La nature est créée, elle a une finalité surnaturelle, et sans cette finalité la connaissance de la nature (science) n’est pas dirigée vers sa vraie fin qui est la vérité mais vers le mensonge. La science naturelle détournée de sa finalité surnaturelle est la porte ouverte aux falsifications de la science aujourd’hui si répandues, comme l’évolutionnisme qui est un pur naturalisme, un athéisme et un matérialisme, ou le réchauffement climatique qui est un pur mensonge fabriqué, et toutes les autres falsifications dans les autres domaines de la science, y compris médicaux.

Même la « déontologie » ou « l’éthique » (éthique en grec = morale en latin) de la médecine matérialiste est circonscrite par la loi naturelle ou conscience morale naturelle du bien et du mal, qui est un reflet de la loi divine. L’éthique, comme ils disent, c’est ni plus ni moins que la loi naturelle inscrite dans le coeur de l’homme à laquelle il doit se conformer, rechercher sincèrement la vérité, et trouver sa finalité dans l’unique vérité surnaturelle.

Médecins athées

Beaucoup sinon la plupart des médecins sont athées ou se disent sans Dieu ou sont contre l’idée même de l’existence de Dieu ou d’un Créateur.

Psaume 14, 1 (sur la corruption des hommes) : «L’insensé [le fou] a dit dans son cœur : Il n’y a point de Dieu».

Ces gens illogiques se contredisent de leur propre bouche. Comment donc pourraient-ils fournir le bon traitement étant à la base déjà contradictoires ? L’athéisme est la négation totalement irrationnelle de l’existence de Dieu.

Ecclésiastique 10, 14 : « Le commencement de l’orgueil de l’homme est d’apostasier Dieu ».

Proverbes 21, 24 : « L’homme superbe et arrogant est appelé ignorant, parce que dans la colère il agit avec orgueil ».

Tous savent que Dieu existe. L’existence du seul vrai Dieu peut être connue avec certitude par les choses qui ont été faites, par la lumière naturelle de la raison humaine.

Romains 1, 19-21 : «Car la colère de Dieu se révèle du ciel contre toute impiété et injustice pour ceux qui maintiennent la vérité de Dieu dans l’injustice. Parce que ce qui est connu de Dieu est manifeste pour eux. Car Dieu le leur a manifesté. Les perfections invisibles de Dieu, par la création du monde, sont clairement visibles, étant entendu par les choses qui sont faites ; son éternelle puissance et divinité : de sorte qu’ils sont inexcusables».

Concile du Vatican, sess. 3, ch. 1, sur la révélation, 1870 : «Si quelqu’un dit que le seul vrai Dieu notre Créateur et Seigneur, ne peut être connu avec certitude par les choses qui ont été faites, par la lumière naturelle de la raison humaine : qu’il soit anathème».

Concile du Vatican, sess. 3, ch. 1, Le Dieu Créateur, 1870 : «Si quelqu’un doit avoir nié le seul vrai Dieu, Créateur et Seigneur des choses visibles et invisibles : qu’il soit anathème».

Beaucoup d’athées sont dérangés par les personnes qui croient en Dieu. Les athées ont des vraies raisons d’être dérangés par ceux qui croient en Dieu, parce que Dieu les poursuit au fond de leur conscience.

Tout le monde sait que Dieu n’est pas quelque chose sculpté en bois ou en jade ou dans la pierre. Tous savent que Dieu n’est pas l’arbre qu’ils adorent ou la rivière, la roche, le serpent ou la grenouille ou des arbres sacrés ou des esprits de la nature. Tous savent que ces choses ne sont pas le Créateur de l’univers. Chacun sait qu’il adore une créature au lieu du Créateur.

Bien que la plupart refuseront de suivre leur conscience et n’arriveront donc pas à la connaissance de la vérité, les hommes sont appelés par Dieu à suivre leur conscience et doivent obéir à la loi naturelle de leur conscience inscrite dans leur cœur et dans le but d’arriver à la seule vérité de Jésus-Christ.

Romains 2, 11-16 : « Car Dieu ne fait point acception des personnes. Ainsi quiconque a péché sans la loi, périra sans la loi, et quiconque a péché sous la loi sera jugé par la loi ; Car ce ne sont pas ceux qui écoutent la loi qui sont justes devant Dieu ; mais ce seront les observateurs de la loi qui seront justifiés. En effet, lorsque les gentils [païens] qui n’ont pas la loi, font naturellement ce qui est selon la loi ; n’ayant pas la loi, ils sont à eux-même la loi : montrant ainsi l’œuvre de la loi écrite en leur cœur, leur conscience leur rendant témoignage, et leur pensée s’accusant et se défendant l’une l’autre. Au jour où Dieu jugera par Jésus-Christ, selon mon Évangile, ce qu’il y a de caché dans les hommes ».

2 Corinthiens 4, 3 : « Et si notre Évangile est encore voilé, il est voilé pour ceux qui périssent, dont le dieu de ce monde [Satan] a aveuglé l’intelligence des incrédules, que la lumière de l’Évangile de la gloire du Christ, qui est l’image de Dieu, ne doit pas briller pour eux ».

En résumé, les médecins qui nient Dieu sont dans les ténèbres et ne pourront donc pas trouver de vrais remèdes pour leurs malades. La médecine sans Dieu fait plus de mal que de bien, parce que Dieu est la Vie et la Vérité.

Médecine de mort

Étudier l’anatomie sur des cadavres est déjà suspect. C’est la pratique des facultés de médecine. C’est ce que faisait déjà Léonard de Vinci, un nécrophile qui dessinait ses planches anatomiques à partir de la dissection de cadavres (et qui reste pourtant une référence).

La vie biologique n’a pas une cause bioloqique, chimique, ou d’information déterministe comme le prétendent les scientifiques au service du mensonge, mais une cause spirituelle (L’information est causée par l’intelligence). La médecine matérialiste et athée nie l’âme et Dieu l’auteur de la vie, et est une médecine sans âme, une médecine de mort, pas une médecine de vie, le contraire de la vie qui donne la santé. La médecine de mort enlève la santé et la vie, de l’âme et du corps.

Apprendre la médecine sur des cadavres est pour le moins éloquent. Les greffes d’organes de morts est aussi éloquent. En plus c’est un trafic.

Une science idolâtre est morbide – toute idolâtrie est mortelle – et c’est pourquoi la médecine tend vers la mort. Mais elle prétend prendre soin de la vie, ce qui est un mensonge (comme l’avortement, la contraception, l’euthanasie, etc.). C’est pourquoi les médecins considèrent la mort comme un échec de la science, ce qui n’est qu’orgueil et aveuglement d’apprentis sorciers qui jouent avec la vie sans la respecter et en méprisant Son Auteur.

Proverbes 8, 36 : «Tous ceux qui me haïssent aiment la mort».

Sagesse 10, 8 : « Ceux qui ont négligé la sagesse, non seulement sont tombés par là même dans l’ignorance du bien, mais ils ont encore laissé aux hommes un souvenir de leur folie, en sorte que leurs fautes n’auraient pu demeurer cachées ».

 

Naturalisme et idolâtrie 

Les médecins (comme les patients) qui ne sont pas matérialistes ni athées sont naturalistes et idolâtres, ils préfèrent le culte de la nature et le culte de l’homme dans l’ésotérisme et l’occultisme, le naturalisme et la philosophie, le paganisme et l’idolâtrie, le New-âge et le néo-paganisme, le panthéisme et le polythéisme, et les fausses religions.

La plupart des médecins prônent des « soins énergétiques », acupuncture, yoga, naturopathie, etc. (voir Pratiques de santé – Discernement), qui ne sont que du paganisme, de l’idolâtrie, et du Naturalisme. Et leurs patients suivent leurs indications trompeuses. Cela ne signifie pas que les médecins ne puissent pas soigner les gens malades par la science médicale ; cela signifie que les médecins comme les patients sont pour la plupart tournés vers des fausses croyances spirituelles, le paganisme, l’idolâtrie, le New-âge, la philosophie, et le naturalisme. C’est une faute morale grave. Et les malades y croient tout autant. C’est démoniaque dans les cas obstinés.

2 Thessaloniciens 2, 10-11 : « toute séduction d’iniquité pour ceux qui périssent, parce qu’ils n’ont pas reçu l’amour de la vérité afin d’être sauvés. C’est pourquoi Dieu leur enverra une opération d’erreur, de manière qu’ils croiront au mensonge ; en sorte que soient condamnés tous ceux qui n’ont pas cru à la vérité, mais ont acquiescé à l’iniquité».

Aujourd’hui cela concerne la plupart des médecins. Par conséquent, un malade peut et doit se servir des compétences techniques médicales des médecins pour se soigner, mais doit absolument être prudent sur toutes les questions d’ordre spirituel connectées de près ou de loin à la médecine aujourd’hui.

2 Paralipomènes (Chroniques des rois) 16, 12 : « Asa [roi de Juda] fut aussi malade, la trente-neuvième année de son règne, d’une douleur aux pieds très violentes, et dans son infirmité il ne chercha point le Seigneur, mais il se confia davantage en l’art des médecins ».

Le problème n’est pas de consulter le médecin, mais de se confier dans le médecin sans se confier à Dieu, c’est-à-dire mettre l’homme avant Dieu ou le culte de l’homme à la place de Dieu. C’est une idolâtrie.

Cependant, il faut se servir de la médecine et du médecin après s’être confié à Dieu.

Ecclésiastique 38, 1-2 & 4 : « Honore le médecin,  à cause de la nécessité, car le Très-Haut l’a créé. Car toute médecine vient de DieuLe très haut a créé de la terre les médicaments et l’homme prudent ne les abhorrera pas ».

Ecclésiastique 38, 9-15 : «Mon fils, dans ton infirmité, ne te méprise pas toi-même, mais prie le Seigneur, et lui-même te guérira. Détournes-toi du péché, règle tes mains, et de toute faute purifie ton cœur. Offre un parfum de suavité et un souvenir de fleur de farine, et engraisse l’oblation, et alors donne place au médecin ; Car le Seigneur l’a créé et qu’il ne s’éloigne pas de toi, parce que ses œuvres te sont nécessaires. Car il est un temps où tu tomberas entre leurs mains ; Or, eux-mêmes prieront le Seigneur qu’il dirige le soulagement et la santé qu’ils veulent te procurer, en vertu de leur profession. Car celui qui pèche en présence de celui qui l’a fait, tombera dans les mains du médecin».

Que le malade prie Dieu de le guérir et qu’il se confie d’abord en Dieu et ensuite au médecin ; et que le médecin prie Dieu de le diriger ! Mais comment des médecins infidèles ou impies prieront-ils Dieu de les diriger ? Ils ne le pourront pas et suivront l’erreur. C’est ce qui passe aujourd’hui. Et les malades qui s’obstinent aussi eux-mêmes dans leurs fausses croyances naturalistes, païennes et idolâtres, ne se confient pas à Dieu mais en eux-mêmes et suivront l’erreur.

Peu comprendront quelque chose en lisant cela car aujourd’hui quasi tous vivent dans le mensonge et sont donc retenus dans leur connaissance de la vérité, et par conséquennt ne comprennent rien.

Science athée matérialiste naturaliste et idolâtre 

Voici trois exemples d’athéisme de scientifiques de renommée mondiale.

Richard Dawkins, considéré comme le plus important scientifique évolutionniste, est content d’être un athée grâce à Darwin, même si la théorie de Darwin est avéré fausse.

Richard Dawkins : «Avant Darwin, il était impossible d’être un intellectuel athée accompli mais Darwin a rendu cela possible».

Stephen Hawking affirme que l’univers se crée de rien, ce qui est insensé.

Stephen Hawking, The Grand Design : «Parce qu’il y a une loi comme la gravité, l’univers peut et se créera à partir de rien».

Un prix Nobel de physique affirme avec arrogance que Dieu n’a rien à faire avec quoi que soit.

François Englert, prix Nobel de physique 2013 : «…je ne vois pas ce que Dieu a … à faire avec quoi que soit».

(Source : .youtube.com/watch?v=mxFq2pVAxmU?start=424&w=560&h=315)

Dire que Dieu n’a rien à faire avec quoi que soit est arrogant et malhonnête, rejeter ce qu’on ne connaît pas est arrogant et malhonnête.

Voici un autre exemple du CERN (Conseil Européen pour la Recherche Nucléaire), le plus grand centre de physique des particules du monde.

Statue (idole) du Nataraja au CERN, autre représentation de Shiva, le « dieu » hindouiste du Yoga. Traduction du panneau de présentation du Nataraja ci-dessous.

Le CERN est officiellement idolâtre. Voici un autre exemple.

La référence explicite du CERN à « rechercher dans la physique de la matière à une échelle de l’infiniment petit » est une fraude, parce que « l’infiniment petit » n’existe pas, ça n’a pas de sens et ça ne veut rien dire, c’est juste un nom (nominalisme) sans réalité pour programmer les esprits avec une recherche matérialiste ininterrompue ou « infinie » afin de retourner les esprits sur la nature, c’est du Naturalisme (culte de la nature cause et fin d’elle-même) afin d’éliminer le Dieu créateur. La référence à « descendre dans le trou du lapin » et à « Alice [au pays des merveilles] » est un symbole-clé de la programmation mentale occultiste.

 

Science falsifiée

Cinq exemples des plus compétents

Voici quatre déclarations majeures les plus compétentes au monde sur la falsification de la science aujourd’hui.

1 – Dr Richard Horton, rédacteur en chef de The Lancet, la revue médicale la plus estimée au monde 

Dr Richard Horton, rédacteur en chef de The Lancet« Hors-ligne,  Quels sont les 5 sigmas de la médecine ? », Vol. 385, 11 avril 2015 [1] : « Un grand nombre de publications [scientifiques] est incorrect. … Le procès contre la science est simple : Une grande partie de la littérature scientifique, sans doute la moitié, pourrait être tout simplement fausse. Affligée d’études avec des échantillons réduits, d’effets infimes, d’analyses préliminaires invalides, et de conflits d’intérêts flagrants, avec l’obsession de suivre les tendances d’importance douteuse à la mode, la science a pris le mauvais tournant vers les ténèbres [2]. … L’Académie des Sciences Médicales, le Conseil de la Recherche Médicale et le Conseil de la Recherche Biotechnologique et des Sciences Biologiques ont désormais leur réputation en jeu suite à ces investigations portant sur ces pratiques incertaines. L’endémicité [épidémicité] apparente des mauvais comportements liés à la recherche scientifique est alarmante. Dans leur lutte pour raconter une histoire convaincante, les scientifiques façonnent trop fréquemment les données afin que ces dernières s’adaptent aux conclusions qu’ils désirent obtenir. Mais en plus les scientifiques agissant ainsi n’ont pas d’autres choix que de modifier leurs hypothèses pour qu’elles s’accordent avec leurs données. Aussi les éditeurs de ces revues scientifiques méritent eux aussi d’être exposés. …».

[1] .thelancet.com/pdfs/journals/lancet/PIIS0140-6736%2815%2960696-1.pdf

[2] (juin 2016) .journal-neo.org/2015/06/18/shocking-report-from-medical-insiders/

2 – Dr Marcia Angell, physicienne, ex-rédacteur en chef du New England Medical Journal New, une des revue médicale des plus prestigieuses du monde

Dr Marcia Angell, physicienne, ex-rédacteur en chef du New England Medical Journal New – NEMJ [2] : « Il n’est tout simplement plus possible de croire une grande partie des publications de la recherche clinique, ni de compter sur le jugement des médecins expérimentés ou les directives médicales faisant autorité. Je ne prends aucun plaisir à formuler cette conclusion, à laquelle je suis parvenu lentement et à contrecœur lors de mes deux décennies passées au poste de rédacteur en chef du New England Journal of Medicine [3]».

[2] (juin 2016) .journal-neo.org/2015/06/18/shocking-report-from-medical-insiders/

[3] .ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC2964337/]

3 – Dr Harvey Marcovitch, pédiatre, rédacteur en chef du Black’s Medical Dictionary and Clinical Risk

Dr Harvey Marcovitch, pédiatre, rédacteur en chef du Black’s Medical Dictionary and Clinical Risk [pdf], sur la contrefaçon des tests médicaux et la publication dans les revues médicales [2] : « Les études montrant les résultats positifs d’un médicament ou d’un appareil analysé, sont plus susceptibles d’être publiées que les études ‘négatives’ ; les éditeurs en sont en partie responsables, mais aussi les sponsors commerciaux, dont les études bien menées du point de vue méthodologique, mais dont les résultats sont défavorables, ont tendance à rester dans les cartons ».

[pdf] .medicine.kaums.ac.ir/UploadedFiles/Files/Blacks_Medical_Dictionary.pdf

[2] (juin 2016) .journal-neo.org/2015/06/18/shocking-report-from-medical-insiders/ 

4 – Dr Lucija Tomljenovic, Groupe de recherche de dynamique neurale de l’Université de Colombie-Britannique, département d’ophtalmologie et des sciences visuelles

Dr Lucija Tomljenovic (Groupe de recherche de dynamique neurale de l’Université de Colombie-Britannique, département d’ophtalmologie et des sciences visuelles) [2] « Les fabricants de vaccins, les sociétés pharmaceutiques et les autorités sanitaires sont au courant des multiples dangers associés aux vaccins, mais ils ont choisi de les cacher au public. C’est de la fraude scientifique, et leur complicité suggère que cette pratique se poursuit encore aujourd’hui ».

[2] (juin 2016) .journal-neo.org/2015/06/18/shocking-report-from-medical-insiders/ juin 2016

5 – Les falsifications des données sur les vaccins

Le film « VAXXED – De la Dissimulation à la Catastrophe » montre la fraude et les falsifications de la CDC ¹, l’instance américaine d’autorité de santé mondiale. Le film « VAXXED » a été censuré par l’UE, la France, et toutes les institutions officielles. Accès libre gratuit (VO Sous-Titrée FR) : https://ia801605.us.archive.org/9/items/VAXXEDDeLaDissimulationALaCatastrophe/VAXXED%20-%20De%20la%20dissimulation%20à%20la%20catastrophe.mp4

¹ La CDC (Centers for Disease Control) est l’instance américaine fédérale de contrôle et de prévention des maladies qui donne ses recommandations à l’O.M.S. (Agence mondiale de santé de l’O.N.U.) : Une fraude avérée de la CDC est une fraude de tout le système mondial de santé.

Il y a d’autres falsifications de la science aujourd’hui répandues, par exemple, les « sciences » de la vie et de la terre ; la fausse théorie de l’évolution ou Évolutionnisme, un pur naturalisme et matérialisme ; le réchauffement climatique, un mensonge fabriqué ; l’idéologie néo-païenne new-âge gaïenne de l’O.N.U. et des agences onusiennes où la terre est vénérée comme Gaïa, la « déesse » terre-mère ou un être vivant avec une âme pour laquelle il faut réduire l’impact humain, respecter la vie sous toutes ses formes où l’intérêt de la planète passe avant l’homme, etc.

Cinq autres exemples de science falsifiée

1 – La datation par stratification verticale est fausse

La datation par les strates verticales est complètement faussée. Voir les travaux, découvertes et publications scientifiques de Guy Berthault : .sedimentology.fr.efficalis.com/sedimentology/.

Guy Berthault L’incidence des a priori en sciences naturelles vers. 10 rev. 15-01-2017

Et dans la vidéo ci-dessous à 20:59 :

Guy Berthault, extrait conférence Refonder la sédimentologie, 22 sept. 2018, Orsay:

Guy Berthault, extrait Refonder la sédimentologie, suite :

 

2 – La datation radioactive est fausse

La datation par méthode radioactive est complètement faussée. La datation par décomposition radioactive Uranium-Plomb et Potassium-Argon est pour les objets non-organiques comme des roches, etc., et par le carbone 14 pour des restes organiques qui ont été vivants, comme des os, du bois, etc. De trop nombreux éléments faussant la datation ne sont pas pris en compte. Le taux de décomposition est supposé être constant, les mesures sont faites sur des objets contaminés, l’absorption environnante n’est pas considérée, la quantité de départ prise en compte est fausse, etc. De trop nombreux objets vivants ou récents ont été prouvés être datés faussement de plusieurs dizaines de milliers d’années et même de millions d’années ! De plus les roches volcaniques ont un taux radioactif existant depuis l’état de lave et non à la sortie des volcans, ce qui les fait sembler plus anciennes qu’elles ne sont ; En outre la répartition des particules est spécifique à un état liquide où les particules plus légères vont vers la surface et les plus lourdes vers le fond, ce qui fausse aussi la datation.

(Série « Origines, Comment le monde est apparu », autres parties : 1. Origine de l’Univers ; 3. Origine de la vie ; 4. Origine des espèces5. Origine de l’Homme ; 6. Les fossiles, quelles preuves ? ; 7. Le mystère des dinosaures)

Groupe Paleo – Implications pour les âges au radiocarbone (C-14) pour les dinosaures : .dinosaurc14ages.com/carbondating.htm

 

3 – Les dérives de continents ne se sont pas produites pendant des millions d’années

Les dérives de continents sont très probablement arrivées en un très court temps, peut-être même quelques heures (Théorie des hydroplaques du déluge, Dr Walt Brown), etc.

 

4 – La théorie de l’expansion de l’univers très probablement fausse

La théorie de l’expansion de l’univers est fondée en premier lieu sur l’éloignement des galaxies observé par l’astronome Hubble d’après la couleur rouge signat un éloignement des galaxies. Cette méthode est probablement fausse, le rouge n’étant pas nécessairement le signe certain d’éloignement mais plutôt un effet optique causé par l’influence des objets sur le trajet de la lumière qui modifie les angles et les arcs ou augmente les distances à parcourir, ce qui engendre une couleur vers le rouge. En second lieu, la théorie de l’expansion de l’univers est aussi  fondée sur la très haute température ayant permis la formation des éléments légers (noyaux d’Hydrogène, d’Hélium, de Deutérium, d’Hélium) montrée par Gamov, prétendue être une température ne pouvant être due qu’à un univers contracté et très petit. En troisième lieu, la théorie de l’expansion est fondée sur le captation d’un fond diffus prétendu être le rayonnement fossile de l’univers considéré comme étant l’écho du « big bang ». Selon la théorie de l’expansion de l’univers, on peut faire remonter le temps à l’univers jusqu’à le rétracter jusqu’à un « big bang » (terme niais) dans lequel il était singulièrement compact « plus petit qu’un atome ». Mais selon la même science le temps et l’espace sont prétendus être une seule chose : l’espace-temps. Donc il ne s’agit pas seulement de faire se « rétracter » l’espace de l’univers (soit-disant en expansion), ni même aussi le temps, mais l’espace-temps. Cependant si on « rembobine » le film de l’univers, de son « expansion accélérée » à son «big bang», comme l’extrapolent la même science, quel est donc le temps, l’espace et l’espace-temps de l’univers ? On ne peut pas rembobiner le temps de l’univers par une mesure linéaire, plus on revient dans le passé, plus le temps est petit ou court et relatif par rapport à l’espace-temps, puisque c’est l’espace-temps qui rétréci par rapport à « avant », mais avant quoi, et avant qu’est-ce que c’est ? Puisqu’avant il n’y a plus le même temps du temps, ni le même espace de l’espace, ni le même espace-temps de l’espace-temps. La retro-extrapolation est un leurre, et l’univers est beaucoup plus jeune – même dans l’ordre de l’espace-temps relatif – que 13, 82 milliards d’années.

En outre, aujourd’hui la science dit que les constantes de l’univers ne sont pas constantes. En 2014 les scientifiques affirment que la constante de gravitation est difficilement mesurable. L’expérience OPERA commencée en 2006 par le CNRS, présidée par Antonio Ereditato, réalisée avec l’accélérateur de particules du CERN montrant la vitesse des neutrinos supérieure à celle de la lumière (.cnrs.fr/presse/communique/2289.htm) sera ensuite démentie par le CERN mais pas par le CNRS (.larecherche.fr/content/actualite-matiere/article?id=31932 : la page n’existe plus!), et à la suite Antonio Ereditato et Dario Autiero (un des responsables) donnèrent leurs démissions. Antonio Ereditato dira que c’était à cause des critiques ! On peut se demander ce que ça a à voir. (.lescienze.it/news/2012/03/30/news/opera_ereditatos_point_of_view-938232/) Dario Autiero dira : «Je continuerai à faire de la physique comme je le faisais auparavant. Je continuerai à travailler sur cette mesure de vitesse des neutrinos, ainsi que sur d’autres sujets. Ceci est mon vrai travail» (.newscientist.com/article/dn21656-leaders-of-controversial-neutrino-experiment-step-down.html). Il y a manifestement ici anguille sous roche ; est-ce que remettre en cause la vitesse des Neutrinos supérieure à celle de la lumière à cause d’une défaillance des instruments était valide ? Selon Paul Dirac, prix Nobel de physique 1933, plus l’univers grandi moins la gravitation est forte. Et si on rétracte l’univers, la gravitation est plus forte ? Par conséquent la gravitation ne serait plus une constante. Il y a d’autres exemples similaires sur les constantes.

 

5 – La théorie de l’évolution est une fausse théorie

La probabilité de l’évolution est mathématiquement impossible. Selon la loi de Borel, il est impossible qu’une probabilité mathématique supérieure à 1050 puisse être un hasard. Pour produire une seule protéine d’ADN (ce qui est très loin d’être l’ADN entier), le nombre de combinaisons est évalué à plus de 1080, selon l’évolution il n’y a même pas assez de secondes pour faire une seule protéine d’ADN. Il y a autant de probabilité que le vivant procède du hasard que de retrouver une grande construction parfaite avec des éléments lancés au hasard.

Un peu plus de la moitié des scientifiques croient en l’évolution et presque la moitié  ne croient pas en l’évolution. Ceux qui croient en l’évolution ne sont pas tous athées (nient l’existence de Dieu) ou agnostiques (nient que Dieu puisse être connu). Les évolutionistes athées sont minoritaires et représentent un faible pourcentage des scientifiques évolutionnistes. Beaucoup d’évolutionnistes sont théistes (acceptent l’existence d’un Dieu personnel, unique et cause du monde mais non- impliqué dans le monde qui suit un cours naturel) et d’autres sont déistes (acceptent l’existence d’une divinité sans accepter de religion). D’autres examinent les données et arrivent «honnêtement» à la conclusion que l’évolution correspond mieux avec les données. Toutefois la grande majorité des scientifiques évolutionnistes soutiennent que la vie a évolué entièrement sans aucune intervention d’un être supérieur. Bien que les scientifiques évolutionnistes représentent une moitié, ils font croire malhonnêtement que l’évolutionnisme est l’unanimité.

L’évolution a été inventée par un athée, Charles Darwin, qui a été le premier à développer un modèle de processus de sélection naturelle pour la théorie de l’évolution. Darwin fut un chrétien, mais à la suite de certaines tragédies dans sa vie, il renonça (apostasia) ensuite à la foi chrétienne et à l’existence de Dieu. Les scientifiques évolutionnistes ont pour objectif de donner une autre explication des origines de la vie. L’évolution est un catalyseur de l’athéisme. Pour l’athéisme il doit y avoir une autre explication autre qu’un Créateur sur la façon dont l’univers et la vie sont venus à l’existence. La raison pour laquelle la théorie de l’évolution existe est de fournir un fondement à l’athéisme.

Pour les évolutionnistes, ni la création ni la conception intelligente ne peuvent être considérées comme de la science (ce qui est erroné car l’information ADN prouve le contraire), et ils les considèrent comme non-scientifiques et indignes de l’examen scientifique. Selon eux, pour que quelque chose puisse être considéré comme une «science», cela doit pouvoir être observé et testé, être «naturaliste». Cependant de nombreux scientifiques montrent que la conception intelligente est scientifique :

Déchiffrer les mystères de la vie – Conception intelligente

 

Mais la création, l’origine de l’univers et l’origine de la vie sont d’origine «surnaturelle» et ne peuvent pas, par définition, être testées par la science naturelle. Bien entendu, l’évolution ne peut être ni observée ni testé, mais cela ne semble pas être un problème pour les évolutionnistes. Par conséquent, toutes les données sont filtrées à travers la théorie préconçue et cela suppose que la théorie de l’évolution soit pré-acceptée, sans autres explications envisagées.

Les origines de l’évolution des systèmes ne peut être testée parce que nous ne pouvons pas revenir en arrière « des milliards » ou « des millions » d’années pour observer l’origine de l’univers ou de la vie dans l’univers. Les scientifiques évolutionnistes rejettent la création au motif qu’elle les force logiquement à rejeter également l’évolution comme une explication scientifique des origines. L’évolution, du moins en ce qui concerne les origines, ne correspond pas à la définition de la «science», mais elle est quand mêrme censée être la seule explication des origines qui peuvent être testées, par conséquent, elle est la seule théorie des origines qui peuvent être considérées comme «scientifiques». C’est de la folie. Les scientifiques qui défendent l’évolution rejettent une théorie plausible de l’origine sans même examiner honnêtement ses mérites car elle ne correspond pas à leur définition illogique étroite de la «science».

L’évolution ne sert qu’à nier la nécessité d’un Dieu qui soit impliqué dans l’univers. L’évolution est un catalyseur de l’athéisme et donne aux athées une base pour expliquer comment la vie existe en dehors d’un Dieu Créateur. L’évolution est la « théorie de la création » pour la religion de l’athéisme.

Ceux qui prétendent rejeter l’existence de Dieu parce que ce n’est « pas scientifique » ou parce « qu’il n’y a aucune preuve » ont comme véritable motif de rejeter l’existence de Dieu parce qu’ils ne veulent pas être responsables de leurs actions devant Dieu, qu’ils ne veulent pas être dépendant de Dieu et ne veulent pas savoir qu’ils sont coupables par orgueil. C’est pourquoi beaucoup de ceux qui nient l’existence de Dieu s’accrochent fermement à la théorie de l’évolution naturaliste car elle leur donne une alternative de croire en un Dieu créateur et rémunérateur des actions des hommes.

La théorie de l’évolution s’auto-réfute. Selon les évolutionnistes l’humain se distingue de l’animal par sa conscience de la mort ; ce qui différencie l’animal (soi-disant ancêtre de l’homme selon les évolutionnistes) et l’homme est le culte rendu aux défunts. L’évolutionnisme dit que l’hominidé ou « pré-humain » apparait par rapport à l’animal (une sorte de pré-singe) dès qu’il a conscience de ce qui est au-delà du monde matériel, ce qui est montré par le culte aux défunts ; car l’animal ne rend pas de culte aux défunts.

Donc, même selon l’évolutionnisme, la différence entre l’homme et l’animal est la conscience. La conscience est la distinction naturelle du bien et du mal. Ce qui différencie l’homme de l’animal est sa conscience du bien et du mal, c’est qu’on appelle la loi naturelle. La conscience du bien et du mal est morale, c-à-d que la nature humaine est morale et non pas la nature animale, car l’animal ne suit pas sa « conscience » du bien et du mal pour faire des choix moraux, mais suit ses instincts (l’animal n’a pas une âme rationnelle capable de raison). Selon l’évolutionnisme l’homme apparaît avec sa conscience humaine depuis un ancêtre animal, mais il lui faudrait avoir reçu cette conscience d’un ordre spirituel. Cependant l’évolutionnisme dit que la conscience de l’homme vient de la matière, comme étant le résultat du fonctionnement (biochimie) de son cerveau (matérialisme, naturalisme). Une « conscience » produite par la matière (selon les évolutionnistes) ne peut pas être morale ou capable de connaître le bien et le mal ou rationnelle ou capable de jugement : Comment une conscience morale pourrait provenir de la matière ? Croire cela possible est totalement insensé, illogique, irréel, irrationnel, contre-nature, et fou. Une conscience non-morale produite par la matière est impossible : c’est de science fiction, tel le monstre de Frankenstein ou tel le golem des cabalistes (et moins intelligent qu’un animal), ou c’est le mythe de l’intelligence artificielle pensante consciente d’elle-même à partir d’un gigantesque nombre d’informations connectées (Prétendre centraliser tous les échanges infinis possibles pour en faire la conscience est un mensonge).

La conscience est la connaissance du bien et du mal, et donc la capacité de différencier le bien et le mal. Peut-on admettre qu’une connaissance du bien et du mal puisse se donner à elle-même la connaissance sans intelligence au départ ? C’est évidemment impossible. Autrement dit, si la connaissance du bien et du mal vient d’une expérience c’est d’abord parce que la conscience est connaissance du bien et du mal, pas l’inverse ; ce n’est pas l’expérience qui fait connaître le bien et le mal, c’est la conscience. L’expérience n’est qu’un effet des lois de la liberté ou libre-arbitre, soit d’affermissement vers le bien et d’affaiblissement vers le mal, soit d’affaiblissement vers le bien et d’affermissement vers le mal. L’expérience n’est pas une connaissance. La connaissance est une perfection. Mais, pour l’évolutionnisme, la conscience n’est pas le substrat de l’expérience, ou pire, la conscience est l’expérience : C’est impossible, car pour pouvoir faire l’expérience du bien et du mal, il faut déjà avant avoir une conscience morale du bien et du mal, parce que c’est la conscience qui permet possible l’expérience. Ainsi, la théorie évolutionniste est totalement illogique et fausse, elle s’auto-réfute elle-même prouvant son auto-contradiction et les défenseurs obstinés de l’évolutionnisme sont prouvés être dans le mensonge. Selon les évolutionnistes insensés le hasard est créateur de la conscience, le hasard déterministe sans intelligence pourrait quand même structurer et agencer l’ordre moral du bien et du mal ! Le hasard est le dieu des évolutionnistes. Le hasard est le culte des insensés : Votre tête est en haut, vos pieds par terre, votre tête est ronde et vos pieds aplatis, etc., le feu monte, et l’eau coule, etc., etc. : Tout est ordonné avec intelligence, tout est créé intelligemment.

Aujourd’hui, les évolutionnistes disent que l’information non-matérielle ou immatérielle précède la matière et que l’information est le substrat de la matière, se fondant sur les théories quantiques, et donc ils croient dans leur folie que l’information sans intelligence est substrat de la matière ordonnée. Mais information dit obligatoirement d’abord intelligence. Les évolutionnistes ne veulent pas admettre l’intelligence derrière l’information, car cela reviendrait à prouver Dieu Créateur, et pour contourner cela les matérialistes disent que l’information est un déterminisme (ni esprit ni intelligence), et les naturalistes disent que l’information est de la conscience, ce qui est une ânerie de plus. En effet, une somme – même très gigantesque – d’informations connectées entre elles de manière aussi gigantesque ne peut pas produire une conscience, mais c’est pourtant ce que croient les partisans de l’intelligence « artificielle » et ceux qui les écoutent. L’intelligence artificielle est un terme insensé parce que ce qui est intelligent ne peut jamais être artificiel vu que l’intelligence est justement la capacité de la vérité (ou du réel ou de ce qui est). C’est le contraire qui est vrai : La conscience est spirituelle et ne provient que de Dieu et c’est elle qui produit l’information. La fausse théorie évolutionniste se réfute elle-même et est une injure à Dieu et à la raison.

L’évolutionnisme repose sur le hasard. Le hasard est opposé à la providence. Le hasard est le dieu des évolutionnistes. Le hasard est issu du matérialisme où rien ne peut exister d’autre que ce qui est matériel, ainsi le hasard nie Dieu et l’existence de l’âme immatérielle. Le hasard est un vide de tout rempli de rien. Dans la théorie évolutionniste c’est le hasard et le temps qui font le « miracle » de la vie, c’est le hasard sans intelligence qui met de l’ordre et engendre l’évolution, c’est une contradiction flagrante.

Les évolutionnistes osent affirmer pernicieusement que l’homme a le même ancêtre que le singe. Il existe 6500 espèces de singes dans le monde dont la plus grande partie sont éteintes et ont disparues. Les crânes de ces espèces disparues, à la fois petits et grands constituent une grande ressource aux évolutionnistes pour laisser libre cours à leur imagination. Agençant les crânes de ces espèces de singes disparues, du plus petit au plus grand, ajoutant en plus des crânes de race humaine disparues, les évolutionnistes ont concocté la théorie de l’évolution.

Le rôle le plus important de ce scénario a été donné à l’espèce de singe disparue appelée « australopithèque » (Australopithecus Afarensis datant de soi-disant 4 millions d’années). Le premier fossile d’australopithèque fut découvert en 1924 par le paléontologue Robert Dart. Depuis, les évolutionnistes ont prétendu que ce singe disparu dont le nom signifie «le singe soudain» est une créature ressemblant à l’homme. Cependant lorsqu’on compare les os de l’australopithèque avec ceux d’un chimpanzé, il semble qu’il n’y ait que peu de différences entre les deux. Face à ce fait, les évolutionnistes ont émis l’hypothèse que l’australopithèque a marché verticalement sur ses deux pieds à la différence des autres singes. Néanmoins, deux anatomistes de renommée mondiale, Sally Zukerman et Charles Oksnard ont réfuté cette allégation. Pour simplifier, l’australopithèque «Lucie» (en référence à Lucifer) qui est mis en avant comme étant l’ancêtre de l’homme selon les évolutionnistes, n’est qu’une espèce de singe disparue.

En outre, «Lucie» est une fraude. Les partie du fossile «Lucie» ont été retrouvées à différentes couches de strates, qui, de plus, ne sont pas formées à la verticale, mais en diagonale, ce qui fausse totalement toutes les datations (non des millions mais des milliers d’années) des différents fossiles (Voir vidéo: Évolution, faits ou croyance ?). Il manque les pieds au fossile «Lucie», mais comme des traces de pieds fossilisés à 2 kms ont été trouvées, elles lui ont été attribuées sans preuves. Peu de temps avant sa découverte, le découvreur de Lucie a annoncé que le financement de ses recherches allaient être coupé.

D’un autre côté, les fossiles inclus par les évolutionnistes sous des classifications imaginaires telles que « Homo Erectus », « Homo Ergaster », ou « Homo sapiens archaïque » appartiennent en réalité à différentes espèces humaines. Lorsque ces fossiles sont examinés, leurs squelettes semblent être essentiellement les mêmes que les personnes qui vivent aujourd’hui. Les seules dissemblances sont des différences mineures au niveau de la structure du crâne, et de telles différence peuvent être trouvées dans différentes races humaines vivant aujourd’hui. Le célèbre paléontologue évolutionniste Richard Leakey a admis que les différences entre les crânes classifiés comme « Homo Erectus » et ceux des hommes modernes, sont minimes : «ces différences ne sont probablement pas plus prononcées que ce qu’on voit aujourd’hui entre les races des hommes modernes séparés géographiquement» (The making of mankind, London, Sphere books, 1981, p. 62).

La seule défense qui reste aux évolutionnistes, face à toute ces preuves allant contre eux, est juste une seule chose : la propagande. La théorie de l’évolution sans fondement est imposée aux populations au moyen de dessins imaginaires qui apparaissent dans les revues évolutionnistes. Dans ces dessins, des créatures aux corps poilus et aux caractéristiques simiènnes (de singes) sont agrémentées de tons humains pour donner l’impression que ces mi-hommes mi-formes transitionnelles ont vécus à un moment donné. De temps à autres ces dessins présentent des scènes de vie sociale de ces créatures. Ces dessins trompeurs sont introduits dans un ordre particulier afin d’imposer le scénario de l’évolution dans le subconscient de la société. Même dans les revues scientifiques les plus réputées, ces créatures apparaissent fréquemment sous forme de reconstitutions et des arbres généalogiques imaginaires sont construits de leur inspiration.

L’imagination des évolutionnistes ne se limite pas uniquement à des dessins, mais aussi des films dans lesquels jouent des créatures mi-hommes mi-formes transitionnelles. Pourtant, tout cela n’est que pure tromperie car les seules preuves qu’ils ont ne sont que quelques petits bouts d’os et de crânes, donc les poils, peaux, nez, oreilles, lèvres ou d’autres caractéristiques faciales d’un être vivant ne peuvent pas être déterminés par des restes d’os. Cependant les évolutionnistes façonnent toutes ces caractéristiques du visage alors qu’il n’y en a aucune trace dans les fossiles. Tout cela dans le but de servir les objectifs de leur théorie. Ils produisent des reconstitutions imaginaires dans leurs ateliers.

Earnst Hooten de l’université d’Harvard, affirme que ces reconstitutions n’ont aucune valeur scientifique : «Vous pouvez aussi bien modeler sur un crâne néandertalien les caractéristiques d’un chimpanzé aussi bien que les traits d’un philosophe. Ces reconstitutions des supposés types d’homme ont très peu, voire aucune valeur scientifique et sont là simplement pour tromper le public» (Up from the Ape. p. 332).

Les évolutionnistes vont tellement loin dans le domaine de la tromperie qu’ils vont même jusqu’à inventer différents visages pour le même crâne. Le fossile « Zinjantropus », ayant donné naissance à pas moins de 3 reconstitutions en tous points différentes est un exemple célèbre qui montre l’obstination des évolutionnistes dans la production de ces fausses reconstitutions. Mais les évolutionnistes ne font pas que dessiner ou modeler des ruses, car par moment ils font des contrefaçons délibérées. La plus célèbre de ces fraudes a été celle du fossile Piltdown introduit en 1912 par l’évolutionniste Charles Dawson. Ce fossile fut présenté comme la forme transitionnelle la plus importante entre l’homme et le singe et a été exposée dans les musées pendant plus de 40 ans. Des experts ont réexaminé le fossile en 1949 et se sont aperçus qu’il s’agissait d’une fabrication qui avait été produite en attachant une dent d’orang-outan sur un crâne d’humain. Une autre forme transitionnelle fabriquée par les évolutionnistes fut l’homme du Nebraska. Elle a été inventée en 1922 en s’appuyant sur un fossile composé d’une seule dent. Les évolutionnistes n’ont pas oublié de lui donner un nom latin ostentatoire « Hesperopithecus haroldcookii » et de faire des dessins imaginaires en relation avec lui. Il fut très vite découvert que la dent qui avait été source d’inspiration pour l’homme du Nebraska appartenait en réalité à un cochon sauvage. De nombreux autres fossiles qui ont été présentés comme preuves par les évolutionnistes ont été discrédités les uns après les autres. L’homme de Néandertal fut présenté comme preuve en 1856, mais discrédité en 1960. L’homme de Piltdown fut présenté comme preuve en 1912, mais discrédité en 1953. Zinjantropus fut présenté comme preuve en 1959, mais discrédité en 1960. Le ramapithèque fut présenté comme preuve en 1964, mais discrédité en 1979.

En dépit de tous ces faits, ces crânes sont toujours présentés au public à travers les médias mais aussi dans certains livres évolutionnistes comme étant des faits scientifiques. Ces falsifications sont toujours enseignées a l’école, dans les manuels, dans les documentaires, même cent ans après. Répétons-le : Ces fraudes sont enseignées à l’école.

Dans de nombreux pays, une grande partie de la population suppose que la théorie de l’évolution est un fait prouvé. Un grand nombre de ces soit-disant preuves de l’évolution, dont la plupart ont été discréditées par les évolutionnistes eux-mêmes, sont toujours présentées à l’école aux enfants comme étant les ancêtres de l’homme.

Les bestioles fossilisées dans l’ambre sont contemporaines. L’ambre (sève résineuse des arbres qui durcie) conserve les bestioles et insectes qui s’y font piéger. De nombreux insectes contemporains sont retrouvés dans l’ambre, qui daterait, d’après les évolutionnistes, de millions d’années. D’après les évolutionnistes, cela signifie que des insectes comme des fourmis, araignées, et autres bestioles volantes qu’on connaît aujourd’hui étaient exactement les mêmes il y a des millions ou des centaines de millions d’années. Cela prouve le contraire de l’évolution. L’ironie de cette preuve est qu’elle est encore davantage confirmée avec les propres critères (faux) des évolutionnistes : des fossiles d’ambre de millions d’années. En réalité, les autres bestioles fossilisées dans l’ambre datent de centaines ou de milliers d’années et non de millions d’années, et les insectes et autres bêtes fossilisées dans l’ambre et qui n’existent plus de nos jours sont tout simplement des espèces éteintes, comme c’est le cas de nombreux mammifères. Ci-dessous, voici un exemple d’une mante religieuse de soit disant plus de 23 millions d’années :

Ci-dessus, une mante religieuse piégée dans l’ambre découvert en République Dominicaine et estimée remonter à l’oligocène, c-à-d à au moins 23 millions d’années (source : .disclose.tv/frozen-in-time-30-million-year-old-mantis-perfectly-preserved-in-amber-362120).

Soit les mantes religieuses étaient exactement les mêmes il y a plus de 23 millions d’années et il n’existe pas d’évolution, ou soit cette mante religieuse n’a pas des millions d’années mais est contemporaine. C’est d’ailleurs le cas de la plupart des insectes retrouvés prisonniers dans de l’ambre, qui sont les mêmes insectes que les contemporains, et ceux qui diffèrent ne sont que des espèces éteintes.

Les os de dinosaures contiennent des parties de collagène de cellules. Des parties de cellules et des parties de collagène ont été retrouvées à plusieurs reprises dans des os de dinosaures. Ce type de cellule ainsi que ces parties de collagène dont il est question ne peuvent absolument pas avoir été conservées des millions d’années, ni même des centaines de milliers d’années, contrairement à ce qui est dit, c’est totalement impossible. Elles peuvent avoir été conservées seulement au plus des milliers d’années. Par ailleurs, il existe de nombreuses preuves archéologiques de la co-existence de l’homme et des dinosaures. La conclusion de ces découvertes est que les dinosaures auraient autour de trente mille ans et non pas des millions d’années.

Tissus mous de vaisseaux et conservation cellulaire chez Tyrannosaurus Rex – Mary H. Schweitzer : http://science.sciencemag.org/content/307/5717/1952.abstract

Après avoir dit que sa découverte laissait présager que les dinosaures étaient beaucoup plus jeunes, Mary H. Schweitzer est revenue sur sa déclaration et a publié que sa découverte montrait la conservation cellulaire de dinosaures.

Tissus osseux fibrillaires mous obtenus à partir d’une corne supra-orbitale de Triceratops horridus Mark Hollis Armitage : .sciencedirect.com/science/article/pii/S0065128113000020

Mark Hollis Armitage a découvert une corne de Triceratops datée de 33500 ans mais il a eu des problèmes avec la hiérarchie de son université parce qu’il ne voulait pas revenir sur la conclusion de sa découverte, jusqu’à être licencié.

Les humains ont-ils parcouru la Terre avec les dinosaures ? Une corne de Tricératops vieille de 33 500 ans

La science falsifiée continue de donner un âge des dinosaures en millions d’années malgré les preuves cellulaires, les datations radioactives faussées, les datations C-14 refusées et d’autres contradictoires réfutant un âge en millions d’années, et les fausses datations par stratifications verticales :

 

Système satanique de santé mondiale

Le système mondial de santé est administré par l’O.N.U (O.M.S, etc.), et les fonds financiers de l’industrie pharmaceutique sont les mêmes que ceux de l’industrie agroalimentaire (qui rend malade la vie, les hommes et la nature) et les quelques banques supranationales (au-dessus des nations) spéculent sur les produits alimentaires de nécessité de base (cause de la famine dans le monde) et sur les industries agro-alimentaires et pharmaceutiques. Les gouvernements ne sont que les employés et exécutants de ce système (ceci comprend aussi tous les médias officiels).

Le système de santé mondiale est luciférien donc fondé sur la tromperie, et il n’encouragera jamais le vrai Dieu ni la vérité ; par contre, ce système prônera les faux dieux et fausses religions. Tout est bon pourvu que la science domine par le mensonge et que les âmes soient damnées. C’est diabolique. Le médecin n’est plus un médecin pour défendre la vie, c’est un agent aveugle qui exécute le programme engrammé dans son esprit par un système dont il est le complice et le pantin. Il n’a plus son libre arbitre et est dans les ténèbres parce qu’il a renié l’auteur de la vie.

Le système mondial de santé est fondé sur le mensonge. Ce système de santé rend malade et vend les remèdes qui rendent malades. Les formations des médecins à la faculté de médecine sont élaborées par l’industrie pharmaceutique ! Les études scientifiques sont falsifiées au bénéfice de l’industrie pharmaceutique. Les maladies sont des statistiques de facteurs de risques à la place de maladies réelles. Les hôpitaux sont managés comme des entreprises privées pour la rentabilité. Les médicaments sont vendus pour des maladies qui n’existent pas encore ! La plupart des médicaments sont dangereux ou inutiles et beaucoup sont inutilement prescrits, voir même dangereusement prescrits ; Les vaccins à l’aluminium rendent malades. Les laits pour bébés contiennent des doses importantes d’aluminium. Les additifs alimentaire industriels contiennent de l’aluminium.

Mais la nature aussi est contaminée et rendue malade. Les chemtrails (épandages chimiques mondiaux par additifs des carburants des avions) rendent malades. L’agro-chimie et l’agriculture OGM rendent  malades, l’industrie alimentaire rend malade, les additifs chimiques rendent malades. Les ondes électromagnétiques artificielles micro-ondes (technologies sans fil) et ondes radars (radars Nexrad et Tera d’ionisation atmosphérique) rendent malades. Les écrans rendent les enfants (autistes réversibles). Les réseaux sociaux sont fondés sur des études de neuro-sciences, de neuro-économie et sur la dépendance cérébrale à la dopamine, etc., etc. L’«environnement» est un concept idéaliste coupé du réel qui sert le système vers l’idolâtrie de la nature et de la planète (Gaïanisme).

Tout ce système qui asservit les personnes, est d’abord d’ordre spirituel avant d’être d’ordre matériel, mais très peu de personnes sont capables de comprendre ceci parce que la plupart sont piégés dans ce système diabolique fondé sur des pratiques de magie et de sorcellerie de masse, et de plus en plus ouvertement aujourd’hui. Ceux qui tiennent le pouvoir terrestre aujourd’hui sont des vénérateurs et esclaves du diable (Dieu est le maître mais il permet cela pour exercer les hommes aujourd’hui, et se sert du diable pour châtier les hommes rebelles et mauvais et voir si quelques-uns reviendront à Lui). C’est la raison pour laquelle aujourd’hui tout est si corrompu et tenu par des corrupteurs, et c’est pourquoi la plupart des gens restent endormis et des esclaves volontaires, envoutés, ensorcelés.

Les médecins formatés par ce système de mort antichrist s’enfonceront toujours plus dans leur ténèbres et ceux qui les écoutent les suivront. Ceux qui ne recherchent que des remèdes naturels de santé tombent aussi loin de la seule Vérité et sont des idolâtres, païens, et adeptes du Naturalisme esclaves de leurs fausses croyances et pratiques.

Romains 1, 17-22 ; 28 : « La justice de Dieu … est révélée par la foi et pour la foi … la justice de Dieu éclatant dans le Ciel contre toute l’impiété et l’injustice de ces hommes qui retiennent la vérité de Dieu dans l’injustice ; Car ce qui est connu de Dieu est manifeste en eux ; Dieu le leur a manifesté … de sorte qu’ils sont inexcusables ; Parce que, ayant connu Dieu, ils ne l’ont point glorifié comme Dieu, ou ne lui ont pas rendu grâces ; mais ils se sont perdus dans leurs pensées, et leur cœur insensé a été obscurci. Ainsi, en disant qu’ils étaient sages, ils sont devenus fous. … Et comme ils n’ont pas montré qu’ils avaient la connaissance de Dieu, Dieu les a livrés à un sens réprouvé, de sorte qu’ils ont fait les choses qui ne conviennent pas ».

L’ O.N.U luciférienne gaïenne et le culte de la « déesse » terre

L’O.N.U. prône la religion du Gaïnisme ou culte de Gaïa, nom donné à la « déesse » terre par les adeptes de la gnose luciférienne mensongère. Voici des discours officiels de la religion idolâtre gaïenne et néo-païenne ou écolo-religion de chefs de l’O.N.U. L’Organisation Mondiale de la Santé (O.M.S.), qui est une des agence de l’O.N.U., recommande l’idolâtrie, la méditation, le yoga et l’acupuncture (voir Pratiques de santé alternatives – discernement).

Maurice Strong, secrétaire général adjoint des Nations-Unies (a mis en place le premier sommet de la Terre à Stockholm en 1972, le programme des nations-unies pour l’environnement, la délégation météorologique mondiale, le GIEC en 1988, le sommet de Rio, et la convention-cadre des Nations-Unies sur le climat en 1992) : « Tout être humain a aujourd’hui la responsabilité de choisir entre la force de la nuit et la force de la lumière. Nous devons donc absolument transformer nos attitudes et montrer un aspect renouvelé pour les lois supérieures de la divine nature ».

Conférence de Stockholm de l’ONU, rapport « Vers une redéfinition des projets de civilisation », 1972 : « Les convictions religieuses judéo-chrétiennes selon lesquelles Dieu aurait créé l’homme à son image et lui aurait donné la Terre pour qu’il la soumette à sa loi, c’est cela qu’il faut abattre. C’est un changement de paradigme cosmologique qui permettrait aux hommes de s’appréhender comme appartenant au tissu de la vie et non comme situé au-dessus de lui. Ils [les dirigeants religieux] soutiennent qu’un tel changement de perspective est nécessaire pour réenchanter le monde, pour réenchanter les animaux et les plantes, et pour restaurer le sens du sacré de la nature perdu pendant la période de l’industrialisation».

Ci-dessus, le rapport de la conférence de Stockholm de l’ONU dit qu’il fait abattre le christianisme et restaurer le culte de la nature. C’est le naturalisme et l’idolâtrie antichrist.

Federico Mayor, directeur général de l’UNESCO, 1989 : « La bataille pour l’environnement ne sera gagnée que si est fondée une éthique nouvelle. Il est temps de doter la collectivité internationale d’une morale qui soit à la mesure de ses pouvoirs ».

Ci-dessus, le directeur général de l’UNESCO dit que la bataille de l’environnement (un concept) sera gagnée avec une éthique nouvelle et une morale. Quelle bataille ? Gagner quoi ? Contre quoi ou qui ? Il s’agit de la bataille contre Dieu, Son culte, Son Christ et Sa sainte Église catholique.

Boutros-Ghali, secrétaire général de l’ONU, conférence des Nations unies sur l’environnement et le développement, sommet de Rio (Sommet de la terre), discours de conclusion, 30 juin 1992 : « L’esprit de Rio doit créer un nouveau comportement du citoyen. Après avoir aimé son prochain comme le lui demandait l’Évangile, l’homme d’après Rio doit aimer le monde, y compris les fleurs, les oiseaux, les arbres, tout cet environnement naturel que nous détruisons  régulièrement. … Au-delà et au-dessus du contrat moral avec Dieu, au-delà et au-dessus du contrat social conclu avec les hommes, il faut maintenant conclure un contrat éthique et politique avec la nature, cette terre même à qui nous devons notre existence et qui nous fait vivre. … Pour les anciens le Nil était un dieu rassembleur, même le Rhin, source infinie de mythes européens, ou la forêt amazonienne, la mère des forêts. Pour les anciens, le pain est étranger, de même le vin. Partout dans le monde la nature était la demeure des divinités. Celles-ci ont conféré à la forêt, au désert, à la montagne, une personnalité qui imposait adoration et respect. La terre avait une âme, la retrouver, la ressusciter, telle est l’essence de Rio».

Ci-dessus, le secrétaire général de l’ONU dit à la conférence de Rio qu’il faut un contrat éthique  avec la nature au-dessus du contrat moral avec Dieu, et que la nature est la demeure des divinités, que la Terre a une âme, et qu’il faut la ressusciter ! Ressusciter « l’âme de la terre » est le culte de la « déesse » Gaïa, un démon de Satan, et c’est l’essence de la conférence de Rio !

Le sommet de Rio donna le programme d’actions 21 ou Agenda 21, un programme de gouvernement planétaire et de politique de culte de la nature, c’est-à-dire un retour au paganisme ou néopaganisme. (.un.org/french/ga/special/sids/agenda21/action0.htm)

Agenda 21, 1992 : « À notre époque les dirigeants religieux, le clergé et les laïcs doivent tout particulièrement cultiver une spiritualité renouvelée qui sous-tend une éthique de soin de la communauté terrestre ».

L’Agenda 21 dit ci-dessus de cultiver une spiritualité renouvelée terrestre. C’est le culte idolâtre de la terre.

Sommet de Copenhague sur le climat, conférence « Dimension spirituelle du progrès social », 1995 : « La spiritualité n’est plus réduite aux lieux de prières et à la vie privée. Elle ne peut être étiquetée et réduite ni aux bonnes actions accomplies par des personnes pieuses ni aux encycliques ni aux déclarations. Pour pouvoir gouverner dans le futur, les gouvernements devront incorporer une modalité ou un esprit qui auront des relations étroites avec l’esprit de l’homme et non avec les désirs matériels immédiats de la populace. La dichotomie radicale entre la matière et l’esprit, le corps et l’âme, le sacré et la profane, l’homme et la nature, ou le créateur et la création, doit être transcendée pour permettre aux valeurs, telle que la sacralité de la Terre, la continuité de l’être, l’interaction bénéfique entre la communauté humaine et la nature et la réciprocité entre l’humanité et le ciel, de recevoir toute l’importance qu’elle mérite en philosophie et en théologie ».

Ci-dessus, le sommet de Copenhague fait la guerre à la piété chrétienne et aux encycliques papales, qui doivent être transcendées par la « sacralité » de la Terre. La terre sacrée est une idolâtrie, et au-dessus de l’Église : c’est antichrist.

Klaus Töpfer, sous-secrétaire général de l’ONU, directeur exécutif de l’UNEP, agence d’éducation des affaires de population de l’ONU (Programme des Nations unies pour l’Environnement – PNUE), 1999 : «Nous sommes entrés dans un nouvel âge, un âge pendant lequel nous devons entrer dans la communauté plus large de tous les êtres vivants, un sentiment nouveau de notre communion avec la planète Terre doit entrer dans nos esprits».

Ci-dessus, le sous-secrétaire général de l’ONU dit que nous devons entrer en communion avec la planète Terre, et que cela doit entrer dans nos esprits. C’est Lucifer.

Robert Muller (1923-2010), sous-secrétaire général adjoint et contrôleur de l’O.N.U pendant 40 ans sous trois secrétaires généraux adjoints fut un des chefs de file du New-âge à l’O.N.U, comme beaucoup d’autres. Il fut impliqué dans la création de 32 agences de l’O.N.U., dont l’U.N.D.P. (Programme de Développement de l’O.N.U.), le W.F.P (Programme Alimentaire Mondial), l’U.N.E.S.C.O. (Organisation Éducative, Scientifique et Culturelle de l’O.N.U.). Il travailla pour une « Foi globale », et une « meilleure représentation des religions à l’ONU » qui a abouti à la représentation du New Age à l’O.N.U. Robert Muller est l’auteur des livres suivants : « Une planète de l’espoir » ; « New Genesis, Façonner une spiritualité globale » ; « Le désir d’être humain : une reconnaissance mondiale des perspectives humaines dans une époque de transformation » (écrit en l’honneur de Pierre Teilhard de Chardin, un new-âger, partisan de la religion de l’homme) ; « La naissance d’une civilisation mondiale » ; « 3000 idées et des rêves pour un monde meilleur », etc.

Al Gore, ex vice-président des USA, « Sauver la planète », 2002 : «Il ne faut pas hésiter à abandonner l’ancienne croyance en un pacte entre Dieu et les hommes. Il faut forger une nouvelle croyance qui puisse aller dans la richesse et la diversité des traditions religieuses d’avant le Christianisme afin de redéfinir les liens entre l’homme et la Terre dans un sens plus harmonieux. … Le culte à la déesse mère, cher aux relations primitives, aurait beaucoup à apprendre à l’homme contemporain ».

Ci-dessus, Al Gore dit qu’il faut une nouvelle croyance des traditions religieuses d’avant le Christianisme et redéfinir les liens entre l’homme et la Terre avec le culte à la déesse mère. C’est satanique.

Ban Ki Moon, secrétaire général de l’O.N.U, décembre 2014 : « En proclamant le 21 juin Journée internationale du yoga, l’Assemblée générale a reconnu les avantages holistiques que cette pratique remontant à la nuit des temps procure, et le fait qu’elle est foncièrement compatible avec les principes et les valeurs de l’Organisation des Nations Unies ».

Ci-dessus, l’O.N.U. a proclamé officiellement le 21 juin comme journée internationale du yoga. Le yoga est la pratique de l’hindouisme, c’est un naturalisme et une idolâtrie païenne polythéiste et panthéiste.

L’O.N.U. organise la nouvelle religion mondiale luciférienne gnostique. Le mensonge du réchauffement climatique fait partie de cette même idéologie mensongère où la nature est « sacrée », et où le soit disant impact de l’homme doit être réduit par la dépopulation car la terre est une « déesse » pour l’O.N.U. La dépopulation organisée se fait aujourd’hui mondialement en toute impunité, en cette fin des temps. Les hommes sont rendus malades à terme, c’est une certitude scientifique maintes fois démontrée et toujours niée de manière mensongère par les instances « officielles ». Des maladies nouvelles émergent depuis le début du 20ème siècle liées aux causes ci-dessous :

  • nourriture industrielle bourrée de pesticides et d’insecticides, d’additifs chimiques, synthétiques, animaux, O.G.M., etc.
  • industrie pharmaceutique, médicaments tueurs, médicaments à l’aspartame, vaccins à l’aluminium, etc.
  • pollutions chimiques, pollutions électromagnétiques, pollutions de l’atmosphère des chemtrails, pollutions des denrées par irradiation, pollutions des terres agricoles, pollutions des cerveaux, etc.

Toutes ces causes sont connues mais sciemment occultées, et les vrais traitements sont sciemment ignorés. Les recherches de vrais traitements de ces mêmes causes sont ignorées, par exemple les effets oxydants connus des micro-ondes EM (électro-magnétiques) artificielles sur les cellules. Les cellules, notamment les globules rouges, sont perturbées et s’intoxiquent car elles ne peuvent plus correctement évacuer leurs déchets ou radicaux libres, et elles s’oxydent, et le transport d’oxygène dans les organes est perturbé. Autres effets méconnus, les effets néfastes des micro-ondes EM (électromagnétiques) artificielles sur l’ion calcium contre le processus vital des cellules. L’ion calcium (ion=atome chargé) traverse les parois des cellules aussi par effet tunnel quantique par rapport au fluctuations du vide quantique de la molécule d’eau. La molécule d’eau a une structure singulière de géométrie du vide quantique.

La plupart des médecins et des malades ne savent pas comprendre ou nient les effets ni les causes de ces maladies dites « environnementales » liées à l’autisme, l’alzheimer, Parkinson, la sclérose en plaque, les dégénérescences neurologiques, les troubles neurologiques, les maladies endocriniennes, la stérilité féminine et masculine, les maladies auto-immunes, les maladies inflammatoires, les cancers, les déficiences de l’immunité, les déficiences de vitamine D, les maladies virales sournoises ou chroniques ou graves, les intolérances alimentaires, les allergies, les maladies intestinales, colon irritable, les maladies inflammatoires cérébrales, les troubles du comportement, l’hyperactivité, les troubles bipolaires, le burn-out, la dépression, etc., etc.

Conclusion

La médecine aujourd’hui est un agent du système de déshumanisation morbide et sans âme, athée, matérialiste et idolâtre. La plupart des médecins, sinon quasi tous, sont athées, matérialistes, idolâtres, ou apostats.

Ecclésiastique 38, 12 : «Car le Seigneur l’a créé [le médecin]».

Dieu a fait le médecin. Le médecin doit servir Dieu. Le Christ est le seul vrai médecin, mais il a été retiré de la médecine, des hôpitaux, d’auprès des malades et des médecins. Aujourd’hui les médecins se complaisent dans les ténèbres.

 Jacinta Marto, voyante de Fatima, dernières paroles à Mère Godinho, 1920 : «Les médecins ne disposent pas de lumière pour guérir les malades correctement parce qu’ils ne possèdent pas l’amour de Dieu».

 

Annexe  :  L’information ADN prouve que Dieu existe

 

Vidéo : Stupéfiantes preuves de Dieu – Preuves scientifiques de Dieu (28 min.)