Nanotechnologies

Les nanoparticules sont des particules de taille nanométrique¹ composées de quelques atomes : de 2 à 3 atomes à quelques dizaines d’atomes, voire  jusqu’à quelques centaines d’atomes au maximum.

¹ 1 nanomètre (nm) = 10–9 mètre, c’-à-d. 1 milliardième de mètre, ou 1 millième de micromètre (µm, micron), ou 1 millionième de millimètre. Au-delà, le picomètre est mille fois plus petit, puis le femtomètre est encore mille fois plus petit, etc.

La taille des nanoparticules se situe en théorie entre 1 à 100 nanomètres. Mais en pratique la taille nanométrique se situe environ entre la taille de l’atome² et la taille de la molécule.

² 1 Ångström = 10 10 m., c’-à-d. 1 dixième de nanomètre (ou 100 picomètres).

Les particules ont certaines propriétés à la taille nanométrique qu’elles n’ont pas à une taille plus ordinaire. Ces propriétés de particules à échelle nanométrique est spécifique de la physique quantique ou mécanique quantique. Par exemple, le titane nanométrique blanchit alors qu’il n’a pas cette propriété à une taille ordinaire, et ainsi de suite pour les autres particules.

Les nanoparticules peuvent être des particules de métaux, ou des particules chimiques, ou aussi des particules volatiles (gaz).

Les nanoparticules passent les barrières biologiques cutanées (peau-sang), respiratoires (air-sang), intestinales (digestif-sang) et la barrière hémato-encéphalique (barrière de protection naturelle du cerveau) et se retrouvent donc dans les organes, dans les cellules, et dans le cerveau.

Les nanoparticules entraînent  :

  • stress cellulaire, suicide cellulaire (apoptose),
  • oxydation cellulaire, mort cellulaire,
  • perturbation endocrinienne, maladies endocrines, baisse de fertilité, malformations, etc.
  • affaiblissement du système immunitaire, et maladies associées,
  • très probable apparition de cancers.

De nombreux risques des nanoparticules sur la santé demeurent inconnus.

Les nanoparticules passées dans le cerveau y resteront et n’en ressortiront plus jamais et avec un effet inflammatoire chronique du cerveau.

Nanoparticules alimentaires 

Malgré les risques inconnus des nanos, les industries les ont imposées dans leurs produits de manière similaire aux OGM qui ne sont pas spécifiés ni étiquetés si < 1%. Quasiment tous les produits alimentaires industriels contiennent des nanoparticules, qui ne sont absolument pas étiquetés ni spécifiés, ce qui rend impossible de les connaître autrement que par des analyses biologiques spécifiques quand ils ne sont pas sous forme des numéros d’additifs suivants.

Nano-aluminium

E 173E 520E 521E 522E 523E 541E 554E 555E 556E 559.

Nano-particules d’aluminium, voir aussi :

Nano-calcium

Carbonate de calcium : E 170

Silicate de calcium : E 552

Nano-titane

Dioxyde de titane : E 171

Fiche toxicologique : http://nanosante.net/e171-dioxyde-de-titane-fiche-toxicologique/

Nano-fer

Oxydes de fer : E 172

Nano-argent

E 174

Fiche toxicologique : http://nanosante.net/nano-argent/

Nano-Or

E 175

Nano-Celluloses

E 460

Nano-sodium

Silicate de sodium : E 550

Nano-silicium

Dioxyde de silicium : E 551

Fiche toxicologique : http://nanosante.net/sio2-dioxyde-de-silicium/

Nanocarbone (pharmacie, cosmétiques)

Différentes nanoparticules de base 

veillenanos.fr :

 

Autre site d’infos sur les nanos

https://infonano.agirpourlenvironnement.org/

+ de 300 produits avec nanoparticules. 231 produits alimentaires contenant ou pouvant contenir des nanoparticules dangereuses pour la santé et l’environnement identifiés en France.

 

Vidéos

 

Nanoparticules dans les médicaments

A suivre

Nanoparticules dans les vaccins

Voir :

Aluminium

Vaccins

Nanoparticules dans le « vaccin » « covid »

Nanoparticules / nanomatériaux dans les nouveaux matériaux de construction à réduction de consommation d’énergie 

http://www.officiel-prevention.com/formation/securite-btp/detail_dossier_CHSCT.php?rub=89&ssrub=94&dossid=524

 

Conclusion

Les nanoparticules sont de plus en plus couramment utilisées dans la plupart des choses aujourd’hui sans que des indications claires, voire aucune, soient nécessairement mentionnées de leur présence. Les nanoparticules sont des poisons à petit feu à cause de leurs propriétés sur l’organisme (propriétés des particules à l’échelle nanométrique et leurs effets dans l’organisme).